L'Hôtel de ville célèbre ses 40 ans !

 

Le 10 mars, l’Hôtel de ville fêtera son anniversaire !

inauguration_alain_richard.jpg

inauguration_alain_richard.jpg, par Jcocher

Déjà 40 ans qu’Alain Richard, jeune maire, inaugurait en présence de 250 personnes l’Hôtel de ville et son jardin public en 1979. Un projet d’un coût d’un milliard d’anciens francs initié par la précédente municipalité et décrié à l’époque car trop grand, trop cher. Dès 1975, il est décidé, compte tenu de l’accroissement rapide de la population ; les services municipaux se trouvant de plus en plus à l’étroit dans l’ancien bâtiment, d’acquérir des terrains pour la construction d’un Hôtel de ville et l’aménagement d’un jardin public. L’architecte présenta un projet architectural moderne dont l’objectif était d’améliorer les conditions de travail et le service public mais aussi créer un nouveau lieu d’animation dans le quartier de La Prairie qui deviendrait le véritable centre de la ville.

 

 

chantier_hotel_de_ville_vue_de_haut.jpg

chantier_hotel_de_ville_vue_de_haut.jpg, par Jcocher

La nouvelle mairie est à l’image de la rénovation urbaine qui se réalise au même moment. Le bâtiment est terminé à l’automne 1978 après deux ans de travaux. L’ensemble des services municipaux emménage dans un édifice de cinq étages, de près de 3000 m² possédant un équipement moderne, des espaces de circulation et des bureaux spacieux, plus aptes à recevoir les administrés. Le deuxième étage doit être occupé par l’Agence nationale pour l’emploi. Des travaux d'aménagement au 5e étage se poursuivront jusqu'en 1980. Les expositions organisées dans le hall doivent devenir un pôle d’animation du quartier. Ses abords sont constitués d’un parvis et d’une zone boisée. Enfin, un espace est prévu pour l’accueil d’un marché couvert et un centre de paiement de la sécurité sociale sur sa dalle haute. Par la suite suivront d’autres équipements comme le cinéma, La Poste et la médiathèque Stendhal.

Retrouvez des documents d'archives en cliquant sur ce lien.

Les mairies : une succession de bâtiments à travers les années

Avec la Révolution française de 1789 est née la République.
Les lois organisant ce changement sont mises en place.
Loi du 14 décembre 1789 : la commune devient la cellule administrative de base. Elle donne aux communes leur actuelle dénomination et leur délimitation est largement reprise de celle des 44 000 paroisses qui organisaient le territoire depuis le Moyen Age.

« Il y aura une municipalité en chaque ville, bourg, paroisse, ou communauté de campagne »

extrait decret 1789.jpg

extrait decret 1789.jpg, par Jcocher

Extrait du Décret de l’Assemblée nationale du 22 décembre 1789 concernant la constitution des assemblées représentatives et des assemblées administratives (retranscrit dans le Registre de Délibérations de 1790 à 1793 (1D1).

C’est ainsi que le premier maire est nommé à la Montagne-sur-Oise (Saint-Ouen l’Aumône) en 1790 : Louis Picquenard.

Mais qu’en est-il des mairies ? Où sont logés, l’administration, les élus et le maire ?

La Maison Commune

Au commencement, c’est à l’église que le maire et son conseil se réunissaient, puis, à partir du 18 juillet 1790, ce sera dans la chambre d’une maison d’un citoyen, deux fois par semaine. Les conseils purent alors avoir lieu dans un espace spécifique et laïc. Le 20 décembre 1792, la nouvelle municipalité s’installe dans une des pièces de la maison du maire sortant, M. Godefroy.

La « vieille mairie-écoles » ou « vieille-vieille mairie »

la vieille-vieille mairie.jpg

la vieille-vieille mairie.jpg, par Jcocher

En 1835, la municipalité décide de construire, sur un terrain qui était jusqu’alors un parc, un bâtiment permettant d’accueillir à la fois la mairie et les écoles (achevée en 1839). En effet, à cette époque, les écoles n’avaient pas de locaux spécifiques. L’école comportait deux classes pour les filles, et deux classes pour les garçons. Le bâtiment se trouvait à côté de la maison Fouillaux (Villa du Parc). A l’étage, se trouvaient des logements pour les instituteurs. Vite le local devient trop étroit pour les deux institutions; les demandes d’inscription dans les écoles augmentent, au début du 20e siècle avec la création de l’école républicaine, gratuite, laïque et obligatoire. Plus tard, l’école sera transformée en salle des fêtes, puis en bibliothèque municipale.

 

L’ancienne « mairie-écoles »

l'ancienne mairie-écoles.jpg

l'ancienne mairie-écoles.jpg, par Jcocher

Au début du 20e siècle, le conseil municipal décide de trouver un nouveau local pour la mairie et l’établissement d’un nouveau groupe scolaire. Le 22 août 1900, l’architecte de la commune, Henri Lebas, propose au maire Charles Millet, d’acquérir des terrains et une demeure, en face de la vieille mairie-école.
Au n° 1 de la rue Basse-Aumône, la maison de Louis Millet est vendue à la commune pour 40.000 francs : c’est la nouvelle mairie. Le groupe scolaire fut construit sur les terrains qui se développent derrière. L’inauguration a eu lieu au mois de mai 1904. En mai 1979, lorsque les services municipaux déménagent dans le nouvel Hôtel de Ville, le conseil municipal décide d’implanter les associations locales et les syndicats dans l’ancienne mairie. Elle devient alors un « lieu de rassemblement » ou la « maison des associations ».